Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 00:14


 

« Il avait conçu de même un merveilleux système pour réconcilier les partis adverses en cas de violentes querelles intestines, et qui consistait en ceci : vous prenez cent meneurs de chaque parti ; vous les répartissez en couples d'adversaires ayant le volume du crâne sensiblement égal ; puis vous chargez des chirurgiens adroits de scier simultanément à chacun d'eux l'occiput, de manière à enlever la moitié exactement des deux cervelles. Les deux occiputs ainsi détachés seront alors greffés sur la tête de l'adversaire politique. Certes, l'opération paraît exiger une habileté exceptionnelle, mais notre savant affirmait que si elle était bien faite, elle amènerait infailliblement à la guérison du mal. Il raisonnait ainsi ; les deux demis-cerveaux étant laissés à eux-mêmes pour débattre la question à l'intérieur d'un seul crâne, ils arriveront forcément à se mettre d'accord, et à produire cette pensée modérée et pleine de nuances, qui est si nécessaire dans la tête d'un homme convaincu d'être venu au monde pour en surveiller et en régir les mouvements. Quant à la différence des cervelles tant en volume qu'en qualité, le docteur nous affirmait qu'à sa connaissance, elle était chez les chefs de parti pratiquement négligeable. »



Gulliver visite l'Institut des Sciences politiques de Lagado, la capitale de Balnibarbi,

Jonathan Swift, Voyages de Gulliver, III, 4.

traduit par Émile Pons, Gallimard, Folio, p.239.



Partager cet article

Repost 0
Thierry Ménissier - dans Florilège
commenter cet article

commentaires