Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 08:21

 

 

Usages politiques de l'animalité, Jean-Luc Guichet (Ed.) (2008) p. 223-252

 

 

 

L'animalité comme limite et comme horizon pour la condition humaine selon Hannah Arendt

 

 

Thierry Ménissier 1

 

 

 

 

 


Ce texte s'interroge sur la rapport entre humanité et animalité dans l'oeuvre de Hannah Arendt, à partir d'un examen de la logique de déshumanisation et de dénaturalisation engendrée par le système totalitaire. Par suite, il réfléchit à la notion de "condition humaine" telle que la reconstruit la philosophe en fonction des concepts d'action et d'existence politique. Il établit que pour Arendt, la condition laborieuse dans les sociétés démocratiques évoque quelque chose de la dénaturation opérée dans les régimes autoritaires. Le diagnostic arendtien, fort pessimiste, est celui d'une réduction de l'homme à l'animalité par le biais du travail. Limite pour l'humanité, l'animalité constitue cependant également une sorte d'horizon pour elle, selon une modalité de la politique qu'il est nécessaire de dégager.

 

 

 

 

 

 

 

1 : 

Politiques publiques, ACtion politique, TErritoires (PACTE)

CNRS : UMR5194 – Université Pierre Mendès-France - Grenoble II – Institut d'Études Politiques de Grenoble – Université Joseph Fourier - Grenoble I

 

 

 

 

 

 

Discipline

 : 

Sciences de l'Homme et Société/Philosophie

Sciences de l'Homme et Société/Anthropologie sociale et ethnologie

 

 

Mots-Clés : Hannah Arendt – politique – animal – animalité – humanité – totalitarisme – camp de concentration – idéologie – terreur – homme moderne – modernité – travail – progrès

 

Accessible au format PDF au lien : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/38/04/90/PDF/animal_arendt_conference_2.pdf

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires