Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 06:36

 

Dans le cadre de l'Université de tous les savoirs - au Lycée, je signale cette intervention récente consacrée aux relations entre la démocratie et la loi de la majorité :

 

 

http://www.canal-u.tv/producteurs/universite_de_tous_les_savoirs_au_lycee/dossier_programmes/utls_au_lycee_2011/la_democratie_et_la_loi_de_la_majorite_thierry_menissier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Amélie Pinset 12/03/2011 23:13


Bonsoir,

À un moment de votre intervention, vous dites que le tirage au sort oblige à la responsabilité civique, que la liberté des Anciens implique la participation active des citoyens et que ces derniers
n'avaient pas le choix de participer ou non à l'exercice du pouvoir politique. Or je me souviens d'un passage des /Principes du gouvernement représentatif/ de Bernard Manin où il souligne que dans
le système athénien, on ne tirait pas au sort les magistrats parmi l'ensemble des citoyens, mais parmi ceux qui s'étaient portés "candidats volontaires". Que pensez-vous de ce système ? S'il ne
désigne pas quelqu'un qui est, au préalable, perçu supérieur par les autres — comme c'est le cas avec l'élection —, ne pourrait-on pas penser qu'il désigne quelqu'un parmi ceux qui
s'auto-perçoivent comme supérieurs, ceux qui se sentent la "compétence" pour assumer une fonction politique ? En somme, on ne choisissait peut-être pas véritablement parmi "n'importe qui". D'une
part, cela peut nous apparaître rassurant mais d'autre part, reste l'idée qu'une compétence particulière est préférable pour se porter candidat.

Sur un tout autre plan, le tirage au sort suscite chez moi une autre question. Vous faites l'hypothèse que le tirage au sort (qui porterait, dans ce cas-là, sur tous les citoyens et non seulement
ceux qui sont volontaires) aurait pour effet de responsabiliser les citoyens. Plus exactement, il les responsabiliserait au niveau de l'exercice du pouvoir. Mais le tirage au sort, en déléguant la
désignation des gouvernants au pur hasard, ne nous déresponsabiliserait-il pas sur un autre niveau, à savoir celui du choix de nos gouvernants ?