Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 04:43

Je signale la parution de mon ouvrage La Liberté des contemporains. Pourquoi il faut rénover la République :

 

LIb_contemp.1.jpg

 

Presses Universitaires de Grenoble (PUG)

277 pages

ISBN 978-2-7061-1691-9

24, 90 euros

 

Présentation de l'ouvrage :

 

La théorie politique moderne se structure autour du couple antithétique de la « liberté des modernes » et de la « liberté des anciens » qui oppose la défense des droits sacrés de l’individu à la définition de l’homme comme citoyen engagé. Traditionnellement, cette antithèse, véritable summa divisio, permettait de nourrir conceptuellement la distinction entre la droite et la gauche, et surtout prenait son sens dans le cadre des débats entourant la construction de l’espace républicain. Aujourd'hui, en dépit de certaines apparences et de quelques bonnes raisons, la distinction cardinale aussi bien que le clivage droite/gauche apparaissent profondément brouillés ; cet ouvrage, La Liberté des contemporains, s'attache à comprendre une telle érosion en fonction de l’hypothèse selon laquelle les idées fondatrices de la société moderne (régulatrices des usages ou rituels politiques comme des convictions personnelles, mais aussi porteuses de l’espoir d’un sens commun) sont peut-être périmées.

 

Bien qu’elles demeurent en vigueur dans nos textes constitutionnels, elles ont singulièrement perdu leur pouvoir de structuration de la réalité – sous l’effet des mutations contemporaines, il est possible que le patrimoine théorique qui s’était lentement accumulé depuis l’œuvre de Machiavel jusqu’à celle de Tocqueville soit devenu obsolète. Or, les notions de peuple et de nation, de souveraineté et de volonté générale, de citoyenneté et de représentation, qui constituent l’arsenal conceptuel de la République, sont apparues au fil d'une lente évolution qui se comprend en regard du processus de la sécularisation. Leur mise en relation au sein d'un ensemble intellectuel cohérent a représenté un enjeu majeur pour tous les courants politiques modernes.

 

Procédant par bilans clairs et argumentés, l'ouvrage retrace l'apport de ces courants : républicanisme, socialisme, libéralisme et marxisme sont convoqués afin de comprendre en quoi consistait le projet républicain. Il s'agissait avec lui de penser la création d'une « communauté civique ». Puisque les conditions politiques, historiques et intellectuelles ont profondément changé, que vaut aujourd'hui un tel projet ? Comment redonner sens à l'activité politique dans l'esprit de la république ? Et pourquoi faut-il entreprendre une telle tâche ?  

 

La Liberté des contemporains répond à ces questions de manière originale et pose de nouvelles bases destinées à rénover le cadre de nos libertés publiques : ainsi, une critique philosophique sceptique offre le moyen de purger les thématiques républicaines classiques du monisme culturel dans lequel elles ont été autrefois engendrées ; le rôle du paradigme libéral de l’intérêt gagne à être réévalué dans le cadre d’une théorie contemporaine de la République ; il est possible de composer une norme efficace de l’intérêt général ; le projet d’une communauté civique est indissociable d’une dynamique éthique avec laquelle la prudence libérale se trouvera en accord ; enfin, il est nécessaire de concevoir le droit individuel à la propriété en critiquant le « propriétarisme ».

 

Au-delà des spécialistes universitaires, cet ouvrage intéressera tous les lecteurs attirés par le débat d’idées et par l’histoire de la pensée politique ; la réflexion qu’il propose apparaît opportune dans le contexte d’une actualité politique particulièrement importante (primaires socialistes, élections présidentielles françaises au printemps 2012, débats récurrents sur la nécessité de réformer la Vème République, crise de l’Euro, etc.).

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires