Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 11:29


Je signale la parution de mon nouvel ouvrage :

 

 

Machiavel ou la Politique du centaure

 


Pol_centaure.jpg

 

 

Editions Hermann, Paris
Collection
 : Hermann Philosophie

ISBN : 978 27056 6942 2

546 pages – 14  x 21 cm – 42

Genre : Histoire de la philosophie

 

 

Présentation (4ème de couverture) :


Pourquoi le nom de Nicolas Machiavel a-t-il servi à forger le nom d’une attitude mentale connue et pratiquée bien avant lui
 : le « machiavélisme », c’est-à-dire une façon cynique de se conduire visant la prise du pouvoir à tout prix ? Qu’est-ce qui, dans la pensée du Florentin, rend possible une telle disposition ? Et comment, dans l’histoire européenne, s’est propagée cette manière d’envisager la politique ?

Cet ouvrage, en proposant un examen original du système intellectuel machiavélien, répond à ces questions de manière nuancée : si le machiavélisme est effectivement imputable à Machiavel, il ne consiste pas en une volonté perverse de faire le mal, mais se trouve déterminé par une vision du monde cohérente et tragique, sans équivalent dans la tradition culturelle occidentale.

En brossant un vaste panorama de la réception des thèses du Secrétaire florentin, Thierry Ménissier examine également la manière dont les idées machiavéliennes ont profondément travaillé l’histoire des idées politiques européennes depuis le XVIe siècle, à la manière d’un héritage contrarié. Son livre nous fait ainsi prendre conscience de l’actualité du machiavélisme qui hante la politique occidentale.



TABLE DES MATIÈRES

 

Introduction : Lire Machiavel ?

 

PREMIÈRE PARTIE : LE PROBLÈME DE MACHIAVEL

 

Chapitre I : L’insuffisance des classiques : Machiavel et Montaigne dans la culture européenne

La réception critique des Anciens et l’épreuve de « l’actualité »

L’éternel retour du classicisme

Autorité des Anciens et autorité politique, une relation structurellement problématique

La relation dynamique entre classicisme et anticlassicisme, un processus fondateur de la culture européenne ?

 

Chapitre II : Principauté et souveraineté : l’impossible stabilisation du pouvoir

            Principauté, gouvernement et souveraineté

            L’autorité et la majesté dans le processus de construction de l’Etat

            Le modèle français

            L’impossible solution du problème de l’exercice politique   

 

Chapitre III: La république en question, ou les ordini dans les tourments de l’histoire

            Réfléchir politiquement une histoire nationale moderne

            Une approche complexifiée de la virtù

            La république dans l’histoire

 

Chapitre IV : Le problème de Machiavel : le machiavélisme comme conscience tragique du politique

Le machiavélisme pragmatique

L’usage politique des passions humaines

Passions et liberté

Le ressort secret du machiavélisme : l’intuition du caractère tragique de l’action politique

La politique du Centaure

 

SECONDE PARTIE : LA POLITIQUE DU CENTAURE

 

Chapitre V : Renouveler l’intelligence de la politique : Machiavel et la nouvelle conception de l’espace à la Renaissance

Conditions de la nouvelle conception de l’espace

A la recherche du point de vue judicieux sur la politique

De la perspective au perspectivisme

Anciens et modernes, une histoire de la raison

 

Chapitre VI : L’art d’écrire machiavélien dans le Discursus florentinarum rerum

            L’écriture du conseil

            « Egalité » et sécurité – le dépassement du républicanisme

            Réconcilier le passé, le présent et le nouveau

            Le Discursus, pivot de l’œuvre machiavélienne

 

Chapitre VII : Théologie politique et histoire

Machiavel et le prophétisme dans le milieu florentin

L’interprétation de la figure du prophète dans la perspective de l’art de gouverner

Le prophétisme comme capacité de déchiffrer les signes célestes

Une interprétation renouvelée de l’expérience politique de Savonarole ?

De la prophétie à l’action politique créatrice de l’histoire

 

Chapitre VIII : L’anthropologie de la férocité

            Animalité, férocité et fureur dans le lexique machiavélien

            Penser la virtù par référence à la férocité

            La « démocratie sauvage » selon Claude Lefort

            « Démocratie sauvage » et vertueuse férocité

            Une filiation post humaniste ?

 

TROISIEME PARTIE : L’HERITAGE CONTRARIE

 

Chapitre IX : La reconfiguration des relations d’autorité : les Monarchomaques

Machiavel et le bouleversement de la tradition morale et politique

Les deux conceptions classiques de l’autorité

Reconfigurer les relations d’autorité

Domination, propriété et subjectivité

 

Chapitre X : Descartes et l’évitement du politique

Le choix par Descartes de la condition privée

Descartes lecteur de Machiavel

Un cosmopolitisme généreux contre le patriotisme de principe du machiavélisme

L’évitement comme « art de la fugue »

 

Chapitre XI : Les paradoxes de l’antimachiavélisme français au XVIIIe siècle, ou la logique du déplacement

Etrangeté de la relation entre machiavélisme et antimachiavélisme

La tradition de l’antimachiavélisme français, XVIe – XVIIe siècle

Frédéric II et Machiavel, l’antimachiavélisme à la source du despotisme éclairé

Tensions entre Encyclopédistes, ou les nouveaux déplacements du machiavélisme

« Machiavélisme de l’intérêt » et dépassement de l’antimachiavélisme

 

Chapitre XII : Captation – le « pouvoir constituant » et la théorie contemporaine de l’Empire

L’empire chez Machiavel et dans la tradition moderne

L’Empire selon M. Hardt et A. Negri

A la recherche du « pouvoir constituant » : peuple et multitude selon Hobbes

La « multitude » comme sujet collectif selon Spinoza

Obéissance et résistance de la multitude

Machiavel, promoteur de la multitude dans l’Empire ?

 

CONCLUSION : Thumos, contingence et liberté

 

Bibliographie

Index des auteurs cités

Table des matières

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires