Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 08:37

RPU2012 AfficheA3-copie-6

 

La santé, un enjeu majeur ?

 

Sans doute, mais pourquoi, et comment ? Sur quels plans ? Et comment agir aujourd'hui face à la maladie, cette forme intime et récurrente du mal ? Quelle santé pouvons-nous espérer ?

 

Questions d'intérêt général. Urgentes en elles-mêmes. Mais aussi cruciales pour une philosophie d'aujourd'hui, à la fois critique et normative : une philosophie efficace pour les technologies contemporaines du soin, avec toute l'expérience accumulée à ce propos depuis Hippocrate et Epicure, Montaigne et Spinoza, Nietzsche et Foucault.

 

Le retour du "philosophe médecin", dans la pleine ambition de cette tâche - soin de soi, éthique pour une existence contemporaine, guérison des maux de la civilisation.

 

Uriage, un week end, pour soigner son corps et son âme grâce à des Rencontres Philosophiques.

 

Trop beau pour être vrai ?

 

Venez nombreux.

 

 

 

http://societealpinedephilosophie.over-blog.com/categorie-12420535.html


http://rencontres-philosophiques-uriage.e-monsite.com/

 

Repost 0
Thierry Ménissier - dans Evénements
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 16:39

logo-saline-dernier.jpg

 

Demain samedi 26 mai 2012 à la Saline Royale d'Arc et Senans

 

QUE FAIRE POUR QUE LA VOLONTE GENERALE GOUVERNE ?

 

Programme détaillé ici :

http://www.salineroyale.com/index.php?option=com_content&task=view&id=186&Itemid=135


La Saline Royale et le projet de la Cité des Utopies :

http://www.salineroyale.com/

 

 

saline.2.jpg

Repost 0
Thierry Ménissier - dans Evénements
commenter cet article
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 16:39

bandeau_site_TTT3_petit_V3.jpg

 

3èmes Rencontres Internationales TTT3

Hybride, Hybridation, Hybridité. Les territoires et les organisations à l’épreuve de l’hybridation

Grenoble, Cité des Territoires, 28-29 mars 2012

http://ttt3-grenoble.sciencesconf.org/

 

On assiste à un éclatement des temps sociaux, des territoires de vie et des mobilités. Les statuts changent, les échelles et les frontières deviennent plus floues. L’irruption des TIC brouille les rapports entre l’espace et le temps, l’ici et l’ailleurs, le réel et le virtuel, l’individu et les communautés. L’effacement progressif de l’unité de temps, de lieu et d’action des institutions oblige à de nouveaux assemblages. Le « big-bang » des organisations et des territoires entraîne de nouvelles recompositions et nécessite d’autres alliages, alliances ou coalitions.

Métissage, multi-appartenance, hybridation des espaces, des temps et des pratiques deviennent des figures courantes du monde contemporain. L’individu devient « polytopique » et les nouveaux espaces qu’il produit définissent de nouvelles hétérotopies qui hébergent d’autres imaginaires. Les frontières entre temps de travail et temps de loisirs s’effacent. Les métiers uniques laissent la place à des « portefeuilles d'activités ». Le temps du voyage devient parfois un temps de travail (et vice versa). L’appartement se fait hôtel, la ville se transforme en station touristique, alors que la station s’urbanise. On distingue de moins en moins la résidence secondaire de l’habitation principale. Les campings sont habités à l’année et pour quelques heures certains musées deviennent bibliothèques. A Paris, en été, la voie sur berges se transforme en plage alors qu’en hiver la place de la mairie accueille une patinoire. Sur les marges, les délaissés urbains produits par la ville postmoderne sont investis par les exclus qui font mentir l’hypothèse des « non-lieux ». Face à la fonctionnalité et à la spécialisation stérilisante des espaces et des temps, des « tiers lieux » et des « tiers temps » émergent qui réinventent la fonction même des territoires comme lieu de maximisation des interactions, lieu de croisements et de frottements : cafés transformés en bibliothèques, laveries automatiques métamorphosées en café, pépinières associant entrepreneurs et artistes mais aussi toitures transformées en jardins, écomusées ou parcs d’attractions habités, etc. Les nuits urbaines deviennent des jours ou des « non-jours ». Les statuts des individus en mouvement se brouillent en termes de nationalités, d'identités, d'appartenances et de fonctions.  Les frontières entre homme et animal vacillent au point que l'on parle désormais de « droit » pour les seconds. Les prothèses techniques qui nous aident à vivre pénètrent nos corps, faisant surgir la figure du cyborg. Avec l’informatique ubiquitaire, les objets qui remettent constamment à jour leur localisation dans le temps et l’espace, deviennent des produits et services hybrides, des assemblages chimériques combinant des éléments stables et instables. De nouvelles coalitions territoriales multi-scalaires s'inventent à la frontière ou dans l’entre-deux. Des hybrides territoriaux émergent autour de politiques publiques inter-territoriales capables de combiner plusieurs objectifs du développement durable et de répondre à des besoins collectifs jusqu’ici indépendants.

Dans cette société complexe, la tendance est aux alliances et aux collaborations (co-opération, co-conception, co-développement, co-habitation, co-voiturage mais aussi inter et trans-disciplinarité…) qui font émerger des méthodes, des objets, des pratiques et des identités nouvelles. En ce sens, l’inter-culturalité devient une obligation et une nouvelle posture.

Le territoire est au cœur de ces recompositions et hybridations qui convoquent le sensible et l’éphémère. De nouvelles figures émergent, de nouvelles scènes et de nouvelles modalités de coopération apparaissent à différentes échelles et selon des modalités plurielles. Pour répondre aux enjeux, des croisements s’opèrent, des hybridations deviennent possibles. Des artistes se rêvent urbanistes alors que des urbanistes en appellent au sensible et à la créativité. La ville « s’ensauvage » et la nature s’urbanise. De nouvelles questions se posent qui concernent les territoires, les organisations, les pratiques, les individus et les groupes. La complexité des situations, l’imbrication des échelles, la multitude des acteurs concernés nous obligent à changer de regard pour répondre aux défis, imaginer et construire ensemble les modes de vie et les formes de la société de demain dans et par de nouveaux territoires.

Ces mutations qui bouleversent nos habitudes nous invitent à imaginer d’autres formes d’intelligence collective pour observer et comprendre les mutations, analyser les hybrides sociétaux et territoriaux qui émergent et construire de nouveaux modes de collaborations pour la recherche et pour la fabrique des territoires. Nous pensons ouverts et féconds les chemins de l’hybridation aux frontières de la recherche et des pratiques professionnelles, des sciences du territoire et des autres disciplines.

Hybridation, croisement, mixage, métissage, inter-relations (…) Comment dire et analyser le composite ? Quelles sont les significations dans la pensée et la pratique scientifique ? L'émergence de ce concept dans le champ des sciences du territoire (donc de la géographie, de l’urbanisme, de l’aménagement, de l’histoire, de l’architecture, de l’anthropologie et de nombreuses autres sciences sociales, …) traduit la nécessité de penser les articulations, les relations et les imbrications entre objets scientifiques (territoire/réseau, inter-territorialité, entre-deux...). Elle permet de revisiter ces objets aussi bien que les pratiques et les principes de catégorisation.

Dans le cadre d’une approche interdisciplinaire, les sciences du territoire ont besoin de s’approprier la richesse d’un concept, de réfléchir aux conséquences épistémologiques, de confronter les approches et les modes de construction de ces objets hybrides, de mesurer leur intérêt et de discuter de leur pertinence.

Qu’est-ce qu’un hybride ? Quelles sont les hybridations à l’œuvre ? Peut-on parler d’hybridité ? Quel intérêt du concept pour les sciences du territoire ? Comment s’en saisir ?

Luc Gwiazdzinski, Responsable scientifique

Ce sont là quelques questions qui seront traitées au cours de ce colloque à partir des communications soumises et des présentations de personnalités de disciplines et d’univers différents. 

 

Intervenants : G. Amar, M. Arnaud, P. Amphoux, B. Andrieu, M.C. Bordeaux, N. Boudjelida, D. Bougnoux, J-P. Boutinet, V. Berdoulay, F. Beau, J-M. Besnier, A. Berthoz, A. Berque, S. Bonfiglioli (Italie), D. Breznitz (USA), A. Conjard, S. Cordobes, M. Colleoni (Italie), N. Cattan, P. Chamoiseau, A. Charlot, L. Chicoineau, P. Cinquin, P. Claval, A. Dalmasso, M. Desvigne, R. Favier, C. Ferrari,  A. Gallais, P. Gordiani, , M. Gravari Barbas, S. Gros, E. Hermange, F. Jegou (Belgique), M. Le Floch, J. Gomez Mendoza (Espagne), F. Jaureguiberry, A-S. Jacques, D. Kaplan, Y. Kersalé, P. Mallein, F. Martin-Juchat, C. Maumi , T. Menissier, Y. Moulier-Boutang, P. Mouillon, L. Petit, C. Pontier, G. Rabin, M. Roche, J. Roinat, T. Nghien, A. Sanchez Majas (Suisse), H. Torgue, A. Turco (Italie), J. Viard, J-J. Wunenburger, C. Younes, T. Zeldin (GB) (…).

 

 

   
Repost 0
Thierry Ménissier - dans Evénements
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 04:52

Parce qu'un livre est fait pour animer la vie des idées, voici trois occasions de discuter de mon ouvrage La liberté des contemporains : au plaisir de vous y rencontrer !


- Mardi 6 mars - 18h15, au restaurant Bio "Au clair de Lune" 54 rue Très cloître à Grenoble, intervention à l'invitation de Jacques Tolédano (Amis du Monde Diplomatique).

- Jeudi 8 mars - 12 h 30/14 h à la Bibliothèque Universitaire Droit Lettres sur le campus de Saint-Martin d'Hères, à l'invitation du Service Interétablissements de Coopération Documentaire (SICD2) :

 

maquette_C2_petit-copie-1.jpg

- Mardi 20 mars — 18 h 30, Bibliothèque Centre-ville de Grenoble, une ren­contre pro­po­sée dans le cadre des 40 ans des PUG.

 

 

 

 

Repost 0
Thierry Ménissier - dans Evénements
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 04:37

Jeudi 9 février, Bibliothèque municipale du centre-ville à Grenoble, 18 h 30-20 h : dans le cadre du partenariat entre le Printemps du Livre - Grenoble et la Société alpine de philosophie, conférence de Thierry Ménissier sur le thème du Printemps du Livre 2012 : "Tout bouge autour de nous" :

"L'impermanence du monde transforme-t-elle nos existences en "ébauche sans tableau" (Kundera) ?".

Le monde actuel semble dominé par le changement, d'une manière peut-être inégalée dans l'histoire passée. Au point que la réalité paraît d'une mutabilité presque sans limite. Quelles conséquences un tel état de fait peut-il avoir sur nos existences, aux plans psychologique et social, moral et politique ? D'ailleurs, dans la dynamique générale qui nous entoure, existe-t-il encore des "états de fait" ? Cette intervention constitue une invitation à se pencher collectivement sur ces questions.

 

 

PDL

 

 

http://printempsdulivre.bm-grenoble.fr/

http://printempsdulivre.bm-grenoble.fr/conference-tout-bouge-autour-de-nous/

 

 

 

Repost 0
Thierry Ménissier - dans Evénements
commenter cet article
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 10:38

 

ForumCitoyenChambery_m.jpg

 

Redécouvrir l'égalité

avec Jean-Jacques Rousseau

Dans le cadre du tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau en 2012, la Ville de Chambéry et la Région Rhône-Alpes ont souhaité un temps d’échanges et de débats citoyens sur une des questions majeures de notre société, déjà au cœur de l’œuvre de Rousseau : celle de l’égalité.

Forum animé par Robert Maggiori, philosophe et journaliste à Libération.

Samedi 21 janvier à partir de 9h - Centre de congrès Le Manège
Entrée libre, sur réservation, pour les conférences - Participation au déjeuner (15€) sur inscription - Tout public - sur réservation.

8h45
Accueil café

9h15
OUVERTURE

Bernadette Laclais
1ère Vice-présidente de la Région Rhône-Alpes, Maire de Chambéry

Abraham Bengio

Directeur général adjoint de la Région Rhône-Alpes

9h30 / 11h
L’IDÉAL D’ÉGALITÉ SELON JEAN-JACQUES ROUSSEAU : RÊVE ARCHAÏQUE OU MODÈLE POUR NOTRE TEMPS ?


Blaise Bachofen
Philosophe, maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise

Modérateur et animateur du débat
Robert Maggiori

11h
LA CONTROVERSE DE CHAMBÉRY : POUR OU CONTRE JEAN-JACQUES ROUSSEAU

entre
Thierry Ménissier
Philosophe, enseignant-chercheur à l’UPMF–Grenoble II, Président de la Société alpine de philosophie
et
Olivier Ihl
Directeur de l’Institut d’Études Politiques de Grenoble

Modérateur et animateur du débat
Pascal Bouvier
Professeur agrégé de philosophie, université de Savoie

12h / 14h30
DÉJEUNER-DÉBAT
sous forme d’ateliers autour de cinq thèmes. Les rapports de  chaque atelier seront restitués en fin de journée [participation au déjeuner 15 euros  en fonction des places disponibles]
ou déjeuner libre

14h30 / 16h
LE XXIe SIÈCLE ET SES DÉFIS GLOBAUX : LE DÉVELOPPEMENT DURABLE HÉRITIER DU CONTRAT SOCIAL ?


Michel Aglietta
Professeur d’économie de l’Université de Paris X Nanterre, conseiller scientifique au Cepii et à Groupama-am

Modérateur et animateur du débat
Thierry Ménissier

16h
Restitution des travaux du déjeuner-débat par Laurent Bachler
Professeur de philosophie, Lycée Vaugelas de Chambéry

16h20
Synthèse et conclusions de la journée
Robert Maggiori

______________________________________

FORUM ORGANISÉ PAR LA VILLE DE CHAMBÉRY

ENTRÉE LIBRE SUR RÉSERVATION
CHAMBÉRY PROMOTION :             04 79 60 21 01      
m.marchal@mairie-chambery.fr

 

Repost 0
Thierry Ménissier - dans Evénements
commenter cet article
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 11:33

 

 

A venir, le colloque "La relation arts et sciences dans les territoires", coorganisé par l'Université Pierre Mendès France et l'Atelier Arts-Sciences de Grenoble : 

http://www.rencontres-i.eu/2011/colloque-arts-et-sciences/

 

(entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles)

Repost 0
Thierry Ménissier - dans Evénements
commenter cet article
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 17:28

Vient de paraître aujourd'hui un intéressant rapport de la fondation Terra Nova intitulé :

"Propositions pour un sursaut vers la société de la connaissance"

Il est accessible ici :

http://www.tnova.fr/content/contribution-n-12-faire-r-ussir-nos-tudiants-faire-progresser-la-france-propositions-pour-un-sursaut-vers-la-soci-t-de-l

 

Repost 0
Thierry Ménissier - dans Evénements
commenter cet article
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 00:53
Justine Lacroix et moi organisons une section thématique dans le cadre du congrès de l'Association Française de Science Politique qui aura lieu à Strasbourg en juin prochain (31 août - 2 septembre).
  
Cette section porte sur les droits de l'homme et la démocratie aujourd'hui en Europe, et nous pensons qu'elle est l'occasion de faire le point des discipines sur les multiples aspects de cette question de théorie politique (en philosophie, science politique, histoire, droit, sociologie, étude des religions, démographie, etc.).
  
Davantage de précisions sur le congrès à ce lien : http://www.afsp.msh-paris.fr/activite/2010/congres2011appels2.pdf

 

 

 

Congrès AFSP 2011  

 

Section Thématique 47

Droits de l’homme et démocratie dans l’ensemble européen

  

Responsables scientifiques :

Justine Lacroix (Département de science politique, Université libre de Bruxelles)

Thierry Ménissier (Département de philosophie, Université Pierre Mendès France –

Grenoble 2)

 

Appel à communications

 

 

Cette section thématique, orientée vers la théorie et la philosophie politiques, vise à interroger la relation entre les droits de l’homme et du citoyen et la démocratie, entendue à la fois comme régime et comme société. Que le modèle démocratique occidental soit lié à la notion de droits de l’homme semble évident ; mais il serait évidemment réducteur de considérer la démocratie uniquement comme « le régime des droits de l’homme ». Il est apparaît donc opportun d’examiner plus précisément la relation entre les droits et la constitution d’une

société politique démocratique

, ce qu’on envisagera selon les axes suivants :

(1) il s’agit de réfléchir à la manière dont la définition de la démocratie se conçoit, dans la tradition moderne et telle qu’elle est issue des Lumières, à partir de  droit universels  – comment cette détermination universaliste peut-elle s’articuler à la définition de critères de citoyenneté ? A cet égard, il conviendra d’interroger la variété des situations de la relation entre droits de l’homme et du citoyen et démocratie au sein de l’Union Européenne. (2) Les critiques contre les droits de l’homme, quel impact ont-elles sur les remises en question et sur les évolutions de la démocratie ? Comment ont-elles fait évoluer et peuvent encore faire évoluer les droits des citoyens ? De quelle manière visent-elles une autre configuration de la pratique démocratique ? (3) En considérant le rapport entre demande de droits et revendication de démocratie, l’augmentation de droits renforce-t-elle la démocratie, ou bien les droits demandés tendent-ils àfragmenter l’espace commun de la démocratie ? Plus précisément, quels droits sont revendiqués, et selonquelle évolution possible peut-on concevoir la demande de droits ? Peut-on enfin déterminer une limite audelà de laquelle la demande de droits s’avère contradictoire à la fois avec l’universalisme qui nourrit la notionde droit de l’homme et avec l’existence d’une société politique commune ?

 

Date limite d’envoi des propositions : 15 octobre 2010

 

Les propositions doivent être adressées aux deux organisateurs :

 

jlacroix@ulb.ac.be

thierry.menissier@wanadoo.fr

Repost 0
Thierry Ménissier - dans Evénements
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 18:49


Je voudrais souligner l’importance que revêt à mes yeux le « séminaire de printemps » de la Société alpine de philosophie que nous organisons samedi 27 mars 2010, dans le cadre de L'Hexagone-Scène nationale de Meylan,  de 14 h à 18 h, sur  

 

« L’infime progression du mal »

 

 

Voici l’argument que j’avais proposé il y a quelques mois et à partir duquel nous avons réfléchi – ainsi que le « cahier des charges » dans lequel j’entends cette notion de séminaire saisonnier de la Société alpine :

 

Evoquer le concept de mal revient à prendre implicitement position quant à son existence : formuler une telle notion consiste en effet à identifier et à qualifier comme telles des expériences multiples, variées et souvent confusément vécues. Or, avant de tabler sur l’existence du mal, il semble d’abord nécessaire de saisir la part de mystère qu’il comprend – cela dit sans verser dans la moindre fascination à son égard. En effet, même les postures humaines qui apparaissent comme les formes les plus avérées de conduites mauvaises, telles que la méchanceté (dans l’ordre moral) et la tyrannie (dans l’ordre politique) ne se laissent pas aisément réduire à l’œuvre d’une volonté, ni à l’effet d’un calcul clair et distinct. Ensuite, il convient de se demander quelles fins sert, aux niveaux social et moral, l’imputation de mal. Quels services rend aux sociétés humaines la logique qui va de la stigmatisation de la différence à la diabolisation ?  En prenant appui sur plusieurs spectacles proposés par L’Hexagone, et grâce à un dialogue entre la réflexion en philosophie morale et politique, l’analyse des cas historiques et le savoir sociologique et psychologique, ce séminaire s’attachera à examiner les divers processus par lesquels se constitue ce qui est rétrospectivement qualifié comme mal.

 

Avec ces séminaires de la Société alpine de philosophie, il s’agit de questionner un thème, en présentant le contenu de recherches en cours menées par des experts, qui en rendent compte de manière claire et à destination d’un public le plus ouvert possible ; il ne s’agit ni d’information culturelle ni de formation universitaire, mais d’une mise en mouvement des idées, destinée à apporter du sens sur des questions dont l’intelligence revêt toujours une certaine importance pour la liberté démocratique.

 

Lorsque j’ai proposé ce texte, je ne pensais pas tellement à l’expérience de Milgram concernant la soumission à l’autorité – or, l’actualité des médias nous a rattrapé : nous avons vu récemment sur France 2 le documentaire de Christophe Nick, « Le jeu de la mort » – qui en quelque sorte met de manière terrifiante l’expérience de la « soumission à l’autorité » à la portée du premier participant à un jeu télé. Autant dire que la souffrance infligée à autrui en toute bonne foi à de l’avenir devant elle ! Sur l’expérience et ses reprises possibles, j’invite d’ailleurs à lire le texte très intelligent de mon collègue et ami Laurent Bègue, professeur de psychologie à l’UPMF, accessible ici :

http://le-cercle-psy.scienceshumaines.com/milgram-revient-en-france-_sh_25153

 

C’est de cela que nous allons parler ; et voici comment nous allons en parler :

 

Avec la participation de :

 

·        François Flahaut, philosophe et anthropologue, directeur de recherches au Centre de Recherche sur les Arts et le Langage, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris

 

« Comprendre comment de braves gens font le mal »

F. Flahaut est notamment l’auteur de :

-        Adam et Eve. La condition humaine, Paris Fayard, 2007.

-        « Be Yourself », Paris, Mille et une nuits, 2006.

-        Le Paradoxe de Robinson. Capitalisme et société, Paris, Mille et une nuits, 2005.

-        Le Sentiment d’exister. Ce soi qui ne va pas de soi, Paris, Descartes & Cie, 2002.

-        La Pensée des contes, Paris, Anthropos, coll.« Economica », 2001.

-        La Méchanceté, Paris, Descartes & Cie, 1998.

 

·        Jacques Semelin, Historien et politiste, Centre d’Etudes et de Recherches Internationales – CNRS, Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques, Paris :

 

« Faire le mal – avec plaisir, malgré soi, au nom du bien »

 

Jacques Semelin est notamment l’auteur de :

-         J'arrive là où je suis étranger, Paris, Éditions du Seuil, 2007. 

-         Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Paris, Editions du Seuil, « La couleur des idées », 2005.

-         La Liberté au bout des ondes. Du coup de Prague à la chute du mur de Berlin, Paris, Belfond, 1997.

-         La Non-violence expliquée à mes filles, Paris, Editions du Seuil, 2000.

-         La Non-violence, avec Christian Mellon, Paris, P.U.F., « Que sais-je ? », 1994.

-         Sans armes face à Hitler. La Résistance civile en Europe (1939–1943), Paris, Payot, 1989 ; 2ème édition Payot, « Petite bibliothèque », 1998.

-         Pour sortir de la violence, Éditions de l'Atelier, 1983.

Jacques Semelin est de plus à l’initiative de la création de l’Encyclopédie en ligne des violences de masse : http://www.massviolence.org/

 

·        Thierry Ménissier, philosophe politique, maître de conférences HDR, Département de philosophie / UPMF-Grenoble 2, Président de la Société alpine de philosophie.

 

« La politique, ou la banalité du mal radical ? »

 

Il a notamment publié :

 

-        Machiavel ou la politique du Centaure, Paris, Hermann, « Hermann Philosophie », 2010.

-        (dir.) L’idée d’empire dans la pensée politique, historique, juridique et philosophique, Paris, L’Harmattan / Université Pierre Mendès France – Grenoble 2, collection « La Librairie des Humanités », 2006.

-        Éléments de philosophie politique, Paris, Ellipses Marketing, 2005.

-        Machiavel, la politique et l’histoire. Enjeux philosophiques, Paris, P.U.F., collection « Fondements de la politique », 2001.

-        Éros philosophe. Une interprétation philosophique du Banquet de Platon, traduction du Banquet suivie d'un essai, Paris, Kimé, collection « Philosophie Épistémologie », 1996.

 

Ce séminaire sera présenté et animé par Anne Eyssidieux,

Professeure agrégée de philosophie

 

 

Tarifs d’entrée :

 

Adhérents de la Société alpine de philosophie : 5 euros

Non adhérents : 10 euros

Moins de 18 ans, étudiants, demandeurs d’emploi : entrée gratuite.

 

Pour vous rendre chez nos amis de L’Hexagone :

http://www.theatre-hexagone.eu/scene-nationale/index.php

 

Repost 0
Thierry Ménissier - dans Evénements
commenter cet article